Information

Police municipale armée : les avis divergent reactions dans l’Indre

Police municipale armée : les avis divergent

13/02/2015 05:46

Les policiers municipaux ont, pour la plupart, un équipement conséquent, mais aucun dans le département ne possède d’arme létale. – dr

Faut-il équiper d’armes létales les policiers municipaux ? La NR a posé la question aux élus et policiers, et les positions ne sont pas les mêmes.

 > Valençay. « Ce sujet a été évoqué la semaine dernière au bureau municipal, explique Alain Derbord, directeur général des services, et notre position est plutôt celle de l’écoute. Des débats ont actuellement lieu dans toute la France et nous allons nous en inspirer, afin de faire évoluer, ou non, notre position. Actuellement, notre agent possède seulement un gilet pare-balles et nous en restons là, tout en comprenant que notre réflexion peut évoluer en fonction des événements. »
> Châteauroux. « Un courrier a bien été envoyé au maire par les policiers municipaux formulant une demande d’être armés, confie Luc-Jean-Jacques Lopez, adjoint au maire, chargé de la sécurité. Notre réponse a été négative, car plus on monte dans l’armement, plus la réplique en face, risque d’être proportionnée. C’est une escalade que nous voulons surtout éviter. Nos policiers possèdent des tonfas, des bombes lacrymogènes et des gilets pare-balles et nous ne voulons pas aller au-delà de cet équipement. » La Ville ne veut pas non plus qu’ils soient équipés de pistolet à impulsion électrique ou de lanceur de balle de défense « dans la mesure où ces équipements sont à l’origine d’accidents parfois graves et ils impliquent une armurerie sécurisée. Ce que nous n’avons pas ».
> Argenton-sur-Creuse. « Nous ne sommes pas en faveur de cet armement, dit Jean-Michel Moreau, maire adjoint chargé de la sécurité. Le fait d’être armé amplifie les risques pour celui qui porte l’arme. Il devient vite une cible et le fait de porter un gilet pare-balles n’est nullement une garantie absolue. »
> Châtillon-sur-Indre. « Nous ne sommes pas dans une ville où la violence est omniprésente. Quoi qu’il en soit, elle peut surgir à tout moment, estime Michel Hétroy, maire, et la consigne donnée à notre seul policier est de ne surtout pas prendre de risques inconsidérés. » Quoi qu’il en soit, « si la nécessité devenait impérative d’armer nos agents, cela impliquerait une formation sérieuse et régulière de ces porteurs d’armes. Nous n’en sommes pas encore là, bien que de plus en plus d’armes circulent sur certaines zones et qu’il est inconcevable que certains représentants de l’ordre se fassent tirer dessus comme des lapins. J’estime qu’il faut, aussi, penser à protéger ceux qui nous protègent. »
> Buzançais. « C’est un débat qui nous anime depuis longtemps, souligne Régis Blanchet, maire, et notre conseil municipal s’est dernièrement prononcé contre l’armement des policiers municipaux. Pour ma part, je suis très partagé, car nos agents peuvent être confrontés à des personnes armées et dangereuses et là, la notion d’une possible légitime défense ne serait même pas envisageable. »
> La Châtre. « Nous sommes contre le fait que notre policière municipale soit armée, explique Jean-Claude Duprix, adjoint au maire, chargé notamment de la sécurité. La Châtre n’est pas Marseille et si des événements graves survenaient, la gendarmerie est toujours là, prête à intervenir. »
> Le Blanc. « Je n’ai pas tranché dans ma tête, sourit Alain Pasquer, maire. Mais il faut bien comprendre que si la délinquance continuait d’augmenter dans nos zones rurales, je serais plutôt favorable à cet armement. Il faut savoir que nous avons été victimes de trois braquages en l’espace de très peu de temps et si ce phénomène se développait, je pense qu’il serait nécessaire que nos policiers municipaux soient armés. Nous n’en sommes toutefois, pas encore là, mais je ne suis pas opposé à cette perspective, tout comme à celle de la vidéosurveillance. »

à chaud

 » On ne sait jamais ce qu’il y a au coin de la rue « 

Jean-Michel Gonon, du Syndicat de defense  des policiers municipaux  en poste à Buzançais, se dit « totalement en faveur de ce port d’armes. Lorsque nous patrouillons, on ne sait jamais ce qu’il y a au coin de la rue. Le simple fait de porter un uniforme, fait de nous une cible potentielle et une intervention bénigne peut vite se transformer en drame si nous n’avons pas les moyens de répliquer ». Même propos de la part de Patrick Carré, président de la CFTC police municipale, qui rappelle que déjà « 7.880 policiers municipaux sont armés en France et depuis 1984, grâce à des formations très encadrées, nous ne dénombrons aucune bavure ». Patrick Carré évoque également « cette promesse du ministre de l’Intérieur de donner 4.400 revolvers aux mairies qui en feront la demande. Un geste qui va dans le bon sens et qui pourrait permettre à de nombreuses municipalités de s’équiper pour la seule sécurité de leurs agents ».

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/02/13/Police-municipale-armee-les-avis-divergent-2220818

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia