Revue de presse

Meutre d’Aurelie Fouquet neuf personnes renvoyées aux assises

Meurtre d’Aurélie Fouquet en 2010 : neuf personnes renvoyées aux assises

Publié le 03.07.2014, 13h16 | Mise à jour : 14h52

Aurélie Fouquet, policière municipale tuée en 2010 par des braqueurs.

Aurélie Fouquet, policière municipale tuée en 2010 par des braqueurs.

Neuf personnes impliquées dans un projet avorté de braquage, en 2010, qui s’était soldé par la mort de la policière municipale Aurélie Fouquet dans le Val-de-Marne, seront renvoyées aux assises. Considéré comme le chef de cette bande armée, le braqueur Redoine Faïd ne sera pas jugé pour meurtre mais pour «tentative de vol en bande organisée avec usage ou menace d’armes en état de récidive».

Les investigations n’ayant pas établi son implication directe dans la course poursuite et la fusillade qui avait coûté la vie à la fonctionnaire de 26 ans, a estimé jeudi matin la cour d’appel de Paris.

Les faits remontent au matin du 20 mai 2010. Plusieurs hommes lourdement armés sont en route pour aller braquer un fourgon de transport de fonds. A un feu, à Créteil, des policiers repèrent des impacts de balle sur leur utilitaire. Le commando tente alors de fuir, ouvrant le feu sur les policiers à leur poursuite, notamment sur l’autoroute A4, avant de disparaître. La policière Aurélie Fouquet sera tuée à Villiers-sur-Marne et plusieurs personnes seront blessées lors de cette attaque.

Redoine Faïd jugé pour la tentative de braquage

Après près de quatre ans d’investigations, deux juges parisiens ont prononcé début avril la mise en accusation de neuf personnes, dont trois pour «meurtre en bande organisée sur personne dépositaire de l’autorité publique», selon une source proche du dossier. Quant à Redoine Faïd, 42 ans, s’ils le considèrent comme «le chef, l’organisateur et l’animateur de l’équipe» formée pour attaquer le fourgon blindé, les juges ne l’ont pas renvoyé  pour le meurtre d’Aurélie Fouquet. Ils ont, en effet, estimé que rien ne permettait d’affirmer qu’il se trouvait dans le commando de braqueurs.

Le parquet de Paris avait fait appel de leur ordonnance. Il a estimé que Redoine Faïd, décrit comme «le lien entre les différents membres de l’équipe», et deux autres complices devaient aussi répondre de l’accusation de meurtre. Pointant une «même volonté, une même détermination» chez toute l’équipe, le ministère public avait développé la thèse selon laquelle les actes commis par chacun devaient être considérés comme ayant été commis par tous. Cette analyse n’a pas été retenue par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui a confirmé, jeudi matin, l’ordonnance des juges d’instruction. Redoine Faïd est donc renvoyé pour la tentative de braquage et pour 11 délits connexes.

En 2013, Redoine Faïd avait, pendant un mois et demi, été l’homme le plus recherché de France après une spectaculaire évasion de la maison d’arrêt de Sequedin (Nord). Sa cavale avait pris fin en Seine-et-Marne.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-d-aurelie-fouquet-en-2010-neuf-personnes-renvoyees-aux-assises-03-07-2014-3974321.php

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia