Revue de presse

Police municipale d’Arras

Arras : la police municipale désormais armée pour contrôler la vitesse

 

Publié le 20/11/2013

 

Par Benoît Fauconnier

 

 

Depuis octobre, la police municipale est équipée d’un cinémomètre. Elle peut contrôler la vitesse sur le territoire communal, et verbaliser en cas d’excès. Pour l’instant, explique-t-on à la mairie, les contrôles sont « pédagogiques ».

 

<br />
Mercredi matin, les policiers ont testé le dispositif boulevard Faidherbe. Ils ont surpris une voiture à 66 km/h.<br />
 » src= »http://static2.lavoixdunord.net/sites/default/files/imagecache/vdn_photo_principale_article/articles/ophotos/20131120/275704566_B971447910Z.1_20131120182215_000_GN01HQJ9S.3-0.jpg » width= »589″ height= »321″ /></div>
</figure>
<p> </p>
<div class=

 

 

Un radar pour la police municipale ? L’idée a fait son chemin, lentement. Depuis une réforme de 1999, les policiers sont habilités à procéder à des contrôles de vitesse, et à verbaliser, en général, toute infraction au code de la route. Une formation initiale a même été délivrée aux policiers arrageois. Mais ils n’ont jamais pratiqué de contrôles de vitesse, faute de matériel. Pour une question de budget, et de catalogue de missions suffisamment épais, pense savoir Thierry Spas, adjoint au maire domaine public. Mais aussi pour des raisons « tactiques » : certains élus n’ont pas perdu de vue le risque de transfert, partiel tout du moins, de missions dévolues principalement à la police nationale en matière de contrôles routiers. Lesquelles, si elles étaient supportées par la « municipale », ne plaideraient pas en faveur du maintien voire du renforcement des effectifs de la police nationale.

 

La ville a finalement acquis un radar, pour 4 700 €. « La municipalité est régulièrement sensibilisée par des habitants, lors des réunions de quartier, sur la vitesse excessive », justifie Thierry Spas, s’appuyant aussi sur un « Plan vitesse », qui « passe par une campagne de sensibilisation. » Des comptages réalisés par le service domaine public de la ville ont donné lieu à la création et à la pose d’affiches, en septembre, dans quarante-trois rues identifiées où plus de la moitié des véhicules circulent au-delà de la vitesse maxi autorisée. « On a refait des comptages après. La campagne d’affichage n’a eu aucune influence dans certaines rues », déplore Thierry Spas, lisant certains chiffres édifiants : rue d’Amiens, en juin 2011, 50 % des véhicules étaient en excès de vitesse dans un sens, et 30 % dans l’autre. Les vitesses relevées allaient jusqu’à 80 km/h. Boulevard De-Gaulle, en direction du boulevard Vauban, en juin 2012, 94 % des véhicules circulaient en excès de vitesse ; 98 % boulevard Allende.

 

La ville persiste dans une stratégie « douce » avec l’installation de deux radars informatifs, et, dès cette fin d’année, les contrôles de la police municipale au cinémomètre se solderont par des messages « pédagogiques » en cas d’excès. La sanction tombera si la vitesse relevée est trop élevée, promet la « municipale ».

 

Une convention avec la police nationale

 

Sur le volet contrôles de vitesse, la police municipale d’Arras (quatorze agents au total pour toutes les missions de sécurité, de tranquillité et de salubrité publique) est coordonnée avec la police nationale. Une convention de coordination actualisée avec la police nationale, et la direction départementale de la sécurité publique, sera signée en décembre. Certaines opérations de contrôle mixeront police municipale et police nationale.

La police municipale a bénéficié d’un encadrement de la police nationale pour les aspects annexes à un simple contrôle de vitesse : interpellation, et autres contraventions, qui peuvent relever du délictuel.

http://www.lavoixdunord.fr/region/arras-la-police-municipale-desormais-armee-pour-ia29b0n1712263

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia