Revue de presse

Police municipale du Havre

 

L’impuissance et la colère face au pillage

 

Publié le 14/06/2013 à 08H00

Vols. Un Havrais a été cambriolé quatre fois en quelques jours. Exaspéré, il témoigne.

La maison ciblée par des voleurs

La maison ciblée par des voleurs

Où les voleurs vont-ils s’arrêter ? En moins de trois semaines, un logement municipal occupé par un employé des Brigades vertes du Havre a été cambriolé quatre fois, dans la forêt de Montgeon. « Ils ont tout cassé », soupire son locataire, Patrick Monfret, excédé par la perte régulière de ses biens et le viol de son intimité. L’homme passait quelques semaines de vacances en Guadeloupe. Il n’a pas encore constaté les dégâts de ses propres yeux, mais ses frères et ses collègues s’en sont chargés : « Par exemple, ils ont pris un téléviseur, du matériel de musique, des objets ménagers, une perceuse professionnelle… » Ils ont aussi tout retourné. « La Ville consacre beaucoup de temps à tout réparer, mais ça continue », déplore la victime, à bout de nerfs.
La dernière effraction dans cette maison située près de l’ancien camping de Montgeon remonte à la nuit de mercredi à hier. « Cette fois ils ont brisé une fenêtre pour entrer après avoir soulevé un volet », indique l’un de ses frères, bien décidé à monter la garde, avant l’activation imminente d’une alarme. La victime fait face à un sentiment d’impuissance. Elle sait que « les Brigades vertes et la police municipale multiplient les patrouilles. Mais rien n’y fait. Les vols se répètent. »

Un saccage programmé?

Les cambrioleurs semblent bien organisés et décidés à vider totalement l’habitation isolée, à la petite cuillère, et en toute impunité. Patrick Monfret est d’autant plus en colère que les Brigades vertes ont interpellé en flagrant délit trois très jeunes voleurs à vélo, un soir, peu après la troisième effraction. Agés d’une dizaine d’années, ces garçons de nationalité roumaine transportaient alors quelques objets volés dans le logement, dont une guitare haut de gamme. La police municipale est intervenue. Ils ont été conduits à l’hôtel de police.
La police nationale a mis en sécurité le butin récupéré en flagrant délit. « Ces petits roms ont été relâchés. Des membres de leur famille et d’une association locale sont venus les chercher. La police ne peut rien faire malgré sa bonne volonté. Ils sont trop jeunes. »
Aucune preuve ne met en cause ces enfants, susceptibles d’être exploités par des adultes, ou cette communauté dans les autres vols subis. Une trace de semelle de pointure 43 et des arrachages de portes ou fenêtres au pied de biche montrent que des individus au gabarit d’adultes ont aussi commis des effractions. La police est encore venue constater les faits hier, à la recherche d’indices. En attendant, les frères ne comptent pas se laisser dépouiller.

Arnaud COMMUN a.commun@presse-normande.com

http://www.paris-normandie.fr/article/le-havre/l%E2%80%99impuissance-et-la-colere-face-au-pillage

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia