Revue de presse

Police municipale de Charleville-Mezierres

Quatre mariages et vingt policiers

Publié le dimanche 16 juin 2013 à 11H00 – Vu 1077 fois

 

Des policiers étaient postés devant l'hôtel de ville au départ des cortèges.

Des policiers étaient postés devant l’hôtel de ville au départ des cortèges.

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Convois roulant à toute allure vers la place Ducale, feux rouges grillés… Pour éviter que les excès constatés la semaine dernière ne se répètent, la préfecture a mis en place samedi un dispositif de surveillance des cortèges de mariages.

Un fourgon de police vient de se garer sur le cours Aristide-Briand. Il est 14 h 30 et le premier des quatre cortèges de mariage de ce samedi ne va pas tarder à quitter l’hôtel de ville. Depuis les débordements de ces dernières semaines, la préfecture a décidé de mettre le holà. D’où ce dispositif mixte police nationale-police municipale mobilisant 20 agents sur l’ensemble du centre-ville.

« L’opération mariages » se déroule en deux phases. « La préfecture a d’abord sensibilisé les gens par voix de presse, décrit le commissaire Philippe Moronval. La phase de dissuasion a lieu aujourd’hui (hier samedi, NDLR). En plus de la surveillance par caméras, nous avons des agents postés sur le cours Aristide-Briand et au cœur de la place Ducale. Nous passerons à la phase de répression si nécessaire. »

Sensibilisation et dissuasion

Pour le moment, tout est calme. « Si nous n’avons pas à intervenir aujourd’hui, je serais le plus heureux des hommes », glisse le commissaire. Pas question de réprimer à tout va : « Bien évidemment, nous avons un seuil de tolérance. Pour les concerts de klaxons, il n’y a aucun problème. Les mariages sont des événements heureux. Nous nous réjouissons, bien au contraire. »

Véronique, de Dieppe, fume une cigarette devant l’hôtel de ville, à Mézières. Pendant la cérémonie à laquelle elle a assisté, l’officier d’état civil a rappelé aux invités les règles de bonne conduite à tenir durant le cortège. Véronique est songeuse : « Ça m’a surpris. Pour moi, ce n’était pas le lieu pour le faire. Nous sommes quand même des adultes responsables. N’étant pas d’ici, j’ai trouvé ça étonnant. »

Audrey, elle, habite tout près de l’hôtel de ville : « Moi, ça ne me choque pas. J’ai déjà vu des comportements très limite dans des cortèges. Ce n’est pas parce que l’on participe à un mariage que l’on doit se croire tout permis, ça coule de source. » Pour Aurélie, il s’agit d’abord « d’une question d’éducation. » De civisme aussi.

Finalement, « l’opération mariages » s’est déroulée sans heurts. Aucun cortège n’est passé par la place Ducale. La prévention a-t-elle déjà porté ses fruits ?

http://www.lunion.presse.fr/article/ardennes/quatre-mariages-et-vingt-policiers

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia