Revue de presse

Police municipale d’Amiens service stationnement

Les pervenches en grève des PV

Publié le 13/06/2013

Par Courrier picard

| AMIENS |

Les agents chargés du stationnement payant seront en grève aujourd’hui de 14 à 17 heures dans le centre-ville. Ils réclament une augmentation de 45 ¤ de leur prime mensuelle.

Les agents chargés de la surveillance du stationnement payant en centre-ville seront en grève de 14 à 17 heures. Ils ont posé des autocollants pour prévenir les automobilistes.

 

Ils ont choisi le moment où ils sont tous de service : entre 14 et 17 heures, pour se mettre en grève. Et pour manifester leur colère, ils se réuniront, derrière leurs représentants syndicaux de la CFTC, dans la cour de l’hôtel de ville. 
Leur objectif : se faire entendre par la voix tout en touchant au porte-monnaie de la Ville. Car pendant que ces agents de surveillance de la voie publique (ASVP) sont dans la cour, qui s’occupe de dresser des PV en centre-ville ? Personne a priori, même si Loïc Résibois, le directeur de la sécurité et de la prévention des risques urbains, précise que les autres ASVP, ceux chargés des sorties d’écoles « peuvent aussi sanctionner » même s’ils ne seront pas mobilisés pour remplacer leurs collègues en grève.
Ces derniers ont d’ailleurs tenu à indiquer aux administrés qu’ils ne dresseraient pas de contravention cette après-midi en les informant via la presse et en posant des autocollants sur les horodateurs du centre-ville.

Un salaire de 1 300 € après 23 ans de carrière

Malgré la perte de recettes, que l’on pourrait estimer à plus de 1 500 euros  (notre calcul en encadré), engendrée par cette grève, la Ville ne semble pas prête à plier et à accorder une augmentation à ces agents. Elle explique sa décision en indiquant que d’une part « les salaires de tous les emplois dans la fonction publique sont gelés depuis quatre ans » et que d’autre part « devenir ASPV ne nécessite pas de diplôme spécifique, ni de concours. Ce poste correspond donc au premier grade de la fonction publique. Si nous les faisons passer au grade supérieur, ça n’aura pas de sens. Ils se retrouveront au même niveau que les policiers municipaux qui ont eux, dû passer un concours pour obtenir leur poste », détaille Michel Daumin, directeur général des services. « C’est légitime de vouloir progresser mais ce ne sera pas dans cette fonction-là. Nous les encourageons à passer des concours. »
En attendant, les ASVP estiment que leur travail mérite une prime augmentée de 45€ par mois. « Car aujourd’hui, avec 23 ans de carrière, je touche 1 300 euros net par mois et ceux qui commencent sont au SMIC. Et puis, nous faisons bien notre travail ; on est même venu nous féliciter récemment pour nous dire que les recettes avaient augmenté », raconte Isabelle Hollingue, déléguée CFTC pour les ASVP.
« Mais on ne sait pas si ce n’est pas aussi dû à la hausse du tarif des amendes (N.D.L.R. : qui est passé de 11 à 17€) », répond Loïc Résibois. « Et puis nous ne faisons pas cela pour la recette mais plutôt dans le cadre de notre politique de transports », détaille Michel Daumin qui rappelle ainsi que le stationnement payant vise à encourager les Amiénois à emprunter leur vélo ou les transports en commun plutôt que leur voiture.
La grève d’aujourd’hui ne devrait, en tout cas, pas les pousser à voyager écolo même si le directeur de la sécurité et de la prévention des risques urbains à bon espoir : « Je pense que les Amiénois iront mettre des sous dans l’horodateur malgré la grève » Euh… on fait les comptes à la fin de la journée ?
JEANNE DEMILLY

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia