Revue de presse

Police municipale de Margny-les-Compiegnes

 MARGNY-LES-COMPIÈGNE 

En février 2012, le conseil municipal votait une délibération pour demander que ses agents soient équipés d’une arme à feu. Le préfet est contre.

Les policiers municipaux de Margny seront armés du flash-ball comme ceux de Compiègne. (Photo d'archives)

La mesure ne prendra pas effet avant le deuxième semestre 2014, selon le maire Bernard Hellal. Mais la décision du préfet a été rendue : pas d’arme à feu pour les six policiers municipaux. Ils pourront toutefois être équipés de flash-ball, à partir de 18 heures. « Nous avons donné aux policiers municipaux de Margny la même chose que ceux de Compiègne. L’arme à feu ne se justifiait pas. Pour cela, il y a la police nationale, il faut que chacun reste dans ses fonctions, ne pas tout mélanger » , explique le sous-préfet Hubert Vernet, qui précise que « le maire de Margny est satisfait de cette réponse ».

« C’est du préventif »

Ce que l’intéressé confirme : « La possibilité d’être armé du flash-ball est une grande satisfaction pour les policiers, qui travaillent jusqu’à minuit actuellement. Cette demande d’armement n’avait pas été formulée après un fait particulier. Nous trouvions juste normal qu’ils soient armés, comme peut l’être la police nationale, en cas de besoin », assure le maire.

S’il est le patron de la police municipale, Bernard Hellal n’est pas le décideur en terme d’armement. C’est le préfet qui a eu le dernier mot « après un temps d’échange et de concertation », précise le maire. Selon lui, les braquages en série commis fin mars à Compiègne et Margny n’ont rien à voir avec la décision du préfet. « Il ne faut pas croire non plus qu’il y a une délinquance catastrophique à Margny. Encore une fois, c’est du préventif ».

Le président national du syndicat CFTC de la police municipale, Patrick Carré, insiste sur le fait que son syndicat réclame l’armement de 4 e catégorie (le flash-ball en fait parti) pour tous les policiers municipaux en France. « L’argument qui revient souvent est que les policiers ne sont pas formés mais c’est faux. Au même titre qu’on n’enverrait pas un pompier sans une lance pour éteindre un incendie, on ne doit pas envoyer un policier sans une arme. C’est dissuasif et ça responsabilise l’agent qui la porte », assure-t-il.

Le sous-préfet considère, lui, « qu’il ne voit pas d’inconvénient à ce que les policiers de Margny soient équipés de la même manière que leurs homologues de Compiègne, puisque les deux communes se touchent, mais pas plus ». Dans la ville impériale, les agents portent le flash-ball le soir, à partir de 18 heures, jusqu’à 4 heures du matin.

http://www.courrier-picard.fr/region/les-policiers-municipaux-seront-armes-de-flash-ball-le-soir-ia190b0n96863

 

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia