Revue de presse

Police municipale de Mont Saint Aignan

Il dérobe une voiture armé d’un faux pistolet

Publié le mardi 30 avril 2013 à 13H40

Lundi en fin d’après-midi, le Centre d’information et de communication (CIC, le 17) de la police nationale à Rouen est averti par les policiers municipaux de Mont Saint Aignan qu’un « car jacking » vient d’avoir lieu place des coquets.

La victime de ce vol de voiture, âgée de 26 ans, s’est présentée à eux après avoir été braquée par un homme armé d’un pistolet au moment où elle allait monter dans sa Volkswagen Lupo. L’homme lui a ordonné de vider ses poches. Il s’est exécuté et s’est alors vu délester de son i-phone. Puis il a été « invité » à descendre. Le voleur s’est mis au volant et a aussitôt quitté les lieux en direction du centre-ville de Rouen, non sans avoir accroché une voiture en stationnement au passage. Tous les équipages des différentes unités de police en patrouille (BAC, brigade canine, police secours, GSP) ont alors convergé vers le secteur.

Des membres de la brigade canine ont repéré le véhicule volé slalomant entre les autres voitures qui s’écartaient pendant qu’il descendait le boulevard des Belges dans leur direction. Ils se sont immobilisés, gyrophare en action, sur la chaussée. La Lupo n’a pas daigné s’arrêter et a accroché le véhicule des policiers en forçant le passage.

Elle a continué vers les quais bas, emprunté le pont Guillaume le Conquérant, puis tourné a droite dans le boulevard maritime. A cet instant, la roue avant droite de la Volkswagen a percuté le trottoir, crevant un pneu. L’homme au volant a continué sa course, à près de 100 km/h, sur le boulevard Jean de Bethencourt, puis sur le quai de France. A l’entrée du boulevard du Midi, le chauffard a perdu le contrôle de son véhicule, tapé dans un autre en stationnement et s’est immobilisé là. Les policiers de la brigade canine, qui ne l’avait pas lâché, lui ont intimé l’ordre de sortir. Il a refusé et les policiers l’ont vu se pencher vers le siège passager avant. Craignant qu’il ne saisisse de son arme, ils l’ont extrait immédiatement, plaqué au sol et menotté. L’homme sentait l’alcool et titubait.

Il n’est pas titulaire du permis de conduire, et pour cause, il avait été suspendu. Le téléphone portable volé a été retrouvé dans le véhicule. Tout comme l’arme qui s’est avéré est une réplique, à billes, d’un pistolet automatique de marque Beretta. L’homme, âgé de 34 ans, a été placé en garde à vue par le service de quart judiciaire pour extorsion aggravée, vol de véhicule, dégradation volontaire de bien administratif, délit de fuite, conduite en état d’ivresse et conduite malgré une suspension de permis. L’enquête a été reprise par la Sûreté départementale.

http://www.paris-normandie.fr/actu/il-derobe-une-voiture-arme-dun-faux-pistolet

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia