Revue de presse

Police municipale d’Hendaye

La Ville recrute le premier agent de police municipale

La majorité des élus refuse toujours de créer un service spécifique.

Comment recruter un policier municipal sans créer de police municipale ? Les élus hendayais ont réussi à résoudre cette drôle d’équation mardi soir.

Comment recruter un policier municipal sans créer de police municipale ? Les élus hendayais ont réussi à résoudre cette drôle d’équation mardi soir. (photo ARCHIVES ROMUALD AUGé)

Mardi lors de la séance du conseil, la majorité des élus ont voté pour la création d’un poste d’agent de police municipale à compter du 1er mai. Une première dans la cité hendayaise qui a toujours refusé de créer une police locale. Ce recrutement a failli donner des espoirs au chef de file de l’opposition socialiste, Kotte Ecenarro : « Assistons-nous à la création d’une police municipale ? La Ville va-t-elle acter une convention de coordination avec les services de l’État ? »

C’est l’adjoint Richard Beitia qui a dégainé le pommeau de douche froide : « On ne crée pas de police municipale avec un seul agent. » Alors pourquoi recruter un brigadier chef alors que le maire Jean-Baptiste Sallaberry a toujours refusé de sortir le carnet de chèque, estimant que la sécurité publique est une fonction régalienne qui doit être assurée par l’État ? Car les Agents de surveillance de la voie publique (ASVP) de la mairie ne sont pas assermentés pour assurer certaines tâches.

Police sur la plageRichard Beitia explique : « La question se pose particulièrement l’été sur la plage où les clubs de surf ne respectent pas toujours les règlements. Certains viennent même sans autorisation. C’est la sécurité des baigneurs qui est en jeu. » L’agent, qui sera recruté à l’extérieur et non au sein des effectifs municipaux comme le souhaitait Kotte Ecenarro, sera chargé des missions de prévention nécessaires au maintien du bon ordre, de la sûreté et de la salubrité publique. Dans ce cadre, il veillera notamment au respect de l’application de la police du maire sur la plage, de relever les infractions en ce qui concerne le stationnement gênant, abusif ou dangereux et d’encadrer les agents de surveillance de la voie publique.

L’occasion pour la communiste Christelle Cazalis de pointer du doigt les problèmes de stationnement liés à la construction du nouveau boulevard de la Mer : « Si le dossier avait été mieux pensé, il n’y aurait pas autant d’incivilités de la part des automobilistes. » Une critique balayée par Richard Beitia qui assure que les ASVP n’ont pas eu à verbaliser plus que les autres années sur ce secteur.

Dans quelques jours, les Hendayais verront donc pour la première fois un uniforme « Police municipale » dans les rues de la cité. Mais le maire reste ferme : « Il n’est pas question de créer un service spécifique. » Le coût de fonctionnement d’une police municipale avait été évalué à 350 000 euros par an par Jean-Baptiste Sallaberry. « Si l’État me donne cette somme tous les ans, je mets en place le service dans la foulée », répète à l’envi l’édile.

http://www.sudouest.fr/2013/03/28/la-ville-recrute-le-premier-agent-de-police-municipale-1007781-4171.php

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia