Revue de presse

Police municipale de LOCHES

Indre-et-Loire – Loches – Sécurité

 » On applique la loi de la même façon « 

13/02/2013 05:35
Les policiers municipaux sont aussi présents lors de toutes les manifestations de la Ville pour en assurer le bon déroulement. Les policiers municipaux sont aussi présents lors de toutes les manifestations de la Ville pour en assurer le bon déroulement.

Ils peuvent flasher les chauffards. Ou calmer une rixe naissante. Les policiers municipaux aimeraient être un de plus pour assurer leurs missions multiples.

Police municipale de LOCHES dans Revue de presse empty

Armés ? Évidemment. Mais pas de pistolet. Les policiers municipaux de Loches possèdent une matraque (1) et une bombe lacrymogène. « A partir du moment où l’on porte un uniforme, bien sûr que cela peut être un métier risqué. On peut se retrouver confronté à un individu qui ne se contrôle pas. On aimerait d’ailleurs avoir un agent homme supplémentaire. » Arlette Bassinot dirige la police municipale de Loches. Avec un effectif serré, elle doit assurer de multiples tâches.

Ainsi, les gendarmes et la police nationale ne sont pas les seuls à pouvoir flasher ceux qui conduisent trop vite (2). Les policiers municipaux lochois sont dotés des fameuses jumelles. Peut-être pas le dernier cri, mais efficace tout de même. Ils ont également un éthylotest électronique, veillent à ce que l’on ne téléphone pas au volant… Et il ne faut pas croire que la police municipale sera plus tendre que la gendarmerie : « On applique la loi de la même façon ».

«  Conflit de voisinage  »

Avec les gendarmes, Arlette Bassinot parle d’une collaboration en « bonne harmonie ». Crimes et délits ne sont en effet pas l’affaire de la police municipale. « Mais si on en constate un, on les alerte directement en faisant un rapport. De notre côté, on ne prend pas les plaintes, on n’auditionne pas les gens. »
La gestion réglementaire des chiens dangereux (2e catégorie car il n’y a pas de chien de 1re catégorie à Loches) est assurée par la secrétaire du poste de police municipale. On peut également avoir affaire aux policiers municipaux si l’on fait des travaux sans avoir affiché le permis de construire, a fortiori sans l’avoir obtenu. « On gère aussi tout ce qui relève du conflit de voisinage », poursuit Arlette Bassinot. La police municipale, c’est du terrain, des patrouilles à pied, à VTT ou en voiture (jusqu’à 23 heures passées parfois en été). « On donne aussi beaucoup de renseignements, conclut la responsable. Beaucoup de police de proximité. »

(1) Dites « armes de 6e catégorie ». (2) Sur le territoire de la commune de Loches.

à chaud

> Caméras en ville. « En aucun cas, les policiers municipaux ne visionnent les images des caméras de surveillance en temps réel », assène l’adjoint chargé de la sécurité, Pierre Bluteau, présent. Il n’y a pas d’écran dans le poste de police municipale, seulement un terminal (un boîtier avec des câbles et des composants) dans une pièce sous alarme, où arrivent les images via Internet. L’adjoint poursuit : « Il faut une réquisition de la gendarmerie pour que les images soient extraites et exploitées ». Par les gendarmes, pas par la police municipale. Les images ne sont stockées qu’une quinzaine de jours. Au-delà, elles s’effacent.

le chiffre

700

C’est le nombre de passeports biométriques retirés l’année dernière auprès de la police municipale de Loches. Il faut compter environ une semaine de délai.

repères

> L’effectif de la police municipale de Loches est de 6 personnes : 3 agents de police municipale ; 2 agents de surveillance des voies publiques (plutôt tournés vers la gestion du stationnement) ; sans oublier une secrétaire.
> Les 3 agents de police municipale de Loches sont d’astreinte une semaine entière, une fois toutes les trois semaines. Ils ont le titre d’agents de police judiciaire adjoints. Ils assistent donc les officiers de police judiciaire (à Loches, les gendarmes).
> Ils interviennent aussi en cas d’admission en soins psychiatriques.
> Ils assurent la gestion des objets trouvés. C’est là-bas (espace Agnès-Sorel) qu’on peut les récupérer.
> La fourrière animale relève de leur compétence. « On s’occupe des animaux errants. Pas seulement des chiens : on a déjà ramassé des moutons, des furets… »
> Tout comme la fourrière automobile : les véhicules stationnés plus de sept jours au même endroit et à l’état d’épave sont amenés à Tauxigny (garage Fillon).
> Peu connue, la police municipale se charge également de police funéraire, donc d’apposer les scellés sur un cercueil, d’assister à des exhumations…

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia