Non classé

Suite aux drames, Manuel Valls promet de réunir la CCPM

Après les trois drames qui ont touché la police municipale la semaine dernière, l’émotion est grande. Le gouvernement veut réagir vite. Les syndicats, eux, mettent une nouvelle fois sur la table la question de l’armement.

Une policière municipale renversée par un chauffeur en état d’ébriété à Saint-Mandé, tout juste sortie du coma; trois policiers municipaux blessés alors qu’ils intervenaient avec la police nationale lors d’un vol à Beauvais; le chef de la police municipale de Saint-Arnoult-en-Yvelines égorgé dans son bureau suite à une affaire d’ordre privé… Les drames se suivent pour la filière police municipale.

Manuel Valls n’a pas tardé à réagir en affirmant vendredi 30 novembre vouloir réunir, au début de l’année 2013, la commission consultative des polices municipales et s’entretenir avec les syndicats à cette occasion.
Avant cela, le ministre de l’Intérieur va discuter avec les auteurs du rapport sénatorial paru fin septembre, François Pillet et René Vandierendonck.

 

«Un signal fort»

De son côté, le maire de Nice et président de la commission consultatives des polices municipales, Christian Estrosi dit «attendre un geste fort du gouvernement».
«Encore une fois, et je dirais malheureusement, je ne peux que déplorer cette violence grandissante commise à l’encontre de ceux qui assurent quotidiennement notre sécurité», a-t-il déclaré en réagissant au premier drame. Il demande évidemment au ministre de l’Intérieur d’envoyer «un signal fort à destination de ceux qui prennent le volant de leur véhicule sous l’emprise de produits stupéfiants ou de l’alcool».

Tous les syndicats, quant à eux, ont tenu à apporter leur soutien aux victimes et ont demandé une rencontre avec le ministre de l’Intérieur. «Cette semaine nous avons payé un lourd tribut. Nous constatons que plus rien n’arrête les délinquants. Nous nous demandons quelle va être la réaction du gouvernement devant tous ces faits», a réagi le président de la CFTC police municipale, Patrick Carré.

 

Armés ou pas, les policiers municipaux?

Pour le SNPM-FO, le drame laisse place aux revendications. Car selon le syndicat, si le chef de la police municipale de Saint-Arnoult-en-Yvelines avait été armé, le drame aurait sans doute été évité. «Combien de dépouilles mortelles, de médailles à titre posthume va-t-il falloir pour que les politiques ouvrent les yeux et décident de rendre obligatoire l’attribution de moyens de protection et de riposte adaptés aux missions des policiers municipaux?»
Frédéric Foncel, son secrétaire général, a même demandé au ministère des discussions «immédiates» sur la question de la protection des agents et l’armement. Seront-ils entendus ?

Source : lagazettedescommunes.com

 

voici le deuxieme communiqué posté le jour même dans lequel nous demandons les moyens de protections  adaptés (4 eme catégorie  )

Des drames aussi soudains que sauvage viennent d’endeuiller la profession, les policiers municipaux que certains élus considèrent comme des agents territoriaux , d’autres comme des agents de la force publique viennent de payer un lourd tribut cette semaine.

Après la rédaction d’un énième rapport sur la profession faudra-t-il d’autres violences , d’autres morts pour enfin clarifier notre métier et nous donner les moyens de travailler que ce soit au niveau du social , des équipements , mais aussi de la formation.

Le Ministre de l’intérieur Manuel Valls fera-t-il comme Nicolas Sarkozy (promesses et paroles) ou conscient du mal-être et de l’exaspération des policiers municipaux engagera-t-il enfin les reformes qui s’imposent.

Le Président de la CFTC POLICE MUNICIPALE

Patrick CARRE

 

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia