Non classé

Nouvelle caledonie Paita: Où est la police municipale?

source http://www.lnc.nc/article/mont-dore/ou-est-la-police-municipale

Où est la police municipale ?

Publié le mardi 30 octobre 2012 à 03H00

La police municipale, dont il est question à Païta depuis au moins quinze ans, est redevenue d’actualité. Quand, où, comment ? Le maire et son équipe donnent des éléments de réponse, pas encore de détails.

Païta aura-t-elle l'an prochain une police municipale comme dans les communes voisines ?

Païta aura-t-elle l’an prochain une police municipale comme dans les communes voisines ?

Photos Archives LNC

Un jour, la police municipale viendra… A Païta, le temps politique est rythmé par cette vieille promesse de l’exécutif (lire ci-contre). Partant du préalable que la ville en a besoin, elle réapparaît dans les discours de façon régulière, et variable.

Exemple en juillet. Après l’agression d’une paroissienne, la création d’une police municipale de proximité était réclamée par ses proches. Le jour où un demi-millier de personnes ont défilé contre cette violence à travers le village (1), le premier adjoint a évoqué en mairie son installation : d’ici un an ou deux, a lancé Otone Pakaïna. Le directeur de cabinet du maire Harold Martin a été plus catégorique : « l’année prochaine », a martelé Willy Gatuhau.

 

Préparatifs . Ce sujet très politique revient en lumière depuis que la province Sud a annoncé le déploiement vers les communes de moyens supplémentaires dédiés à la sécurité (2). Et Harold Martin renchérit. « La police se fera en 2013, affirme-t-il. C’est toujours notre objectif, parce qu’on en parle depuis longtemps. Mais il y a deux aspects à cette question : les aspects financiers, et les préparatifs. »

Pour évoquer ce projet-là, la municipalité se retourne en effet vers l’existant. Y compris des dispositifs qui ne dépendent pas d’elle. L’installation au cœur du village de gendarmes mobiles, chargés du maintien de l’ordre, représente pour elle une étape sur le chemin de la police. C’était en avril 2011, le détachement de sécurité et d’intervention, jusque-là basé à Tontouta, investissait l’ancienne école des pompiers – une relève vient d’ailleurs d’avoir lieu. L’Etat amenait les hommes, la ville fournissait les locaux et du matériel.

« Mais derrière, il n’y a pas assez de gendarmes en brigade, ce qui cause un engorgement au niveau des procédures », pointe Harold Martin, qui assure avoir demandé « des effectifs en plus ». En toile de fond, Païta expérimente depuis août 2006 un contrat local de sécurité (CLS), relancé en mars pour cinq ans. Des actions ont été déployées dans ce cadre pour restreindre la vente d’alcool, lutter contre l’ivresse sur la voie publique ou endiguer les bagarres autour des établissements scolaires. C’est sur ce terrain de l’école et ses alentours, y compris le centre-ville et les bus, qu’interviennent, pour un montant évalué à 98 millions, 53 médiateurs pilotés par l’Aseanc (3) en convention avec la commune. Avec la manne provinciale, quinze nouvelles embauches sont annoncées.

 

Vidéosurveillance. « Le programme que je mets en place depuis le départ consiste à penser la sécurité de manière globale, dépeint Benoît Coquelet, coordinateur du CLS. Il doit tout faire pour qu’une police municipale ait les moyens de se mettre en place quand elle arrive. Elle fait partie de ces outils qui s’imbriquent les uns les autres. »

Dernier en date, la vidéosurveillance. Expérimentée depuis l’an dernier à l’Arène du Sud, elle est appelée à s’installer au village courant 2013. « Elle aura un premier effet qui sera psychologique, estime Harold Martin. Mais même si c’est une arme de dissuasion, il faut quand même aller sur le terrain et pour ça, il faut des hommes. Ça va commencer par des gens qui exploitent les caméras et la police municipale sera la suite logique. C’est le dernier maillon. »

Pas plus de précisions sur cette ultime boucle. L’exécutif ne dira pas à quelle date des policiers municipaux fouleront le sol de Païta : il est question d’une mise en place progressive. Il ne répondra pas non plus à la question des locaux où abriter ce nouveau service.

 

(1) LNC du 7 juillet 2012(2) LNC du 23 octobre 2012(3) Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia