Non classé

Police municipale de BORDEAUX

Un trésor de 200.000€ dormait dans une cave à Bordeaux

0 contributions

Créé le 03/06/2012 à 16h02 — Mis à jour le 03/06/2012 à 16h21

INSOLITE – Les policiers sont intervenus dans un immeuble squatté du quartier Saint-Michel. Le butin a été remis à son propriétaire, un homme de 90 ans…

Le vieil homme a été «surpris lorsqu’on lui a annoncé la valeur du butin», raconte Fabien Robert (MoDem), adjoint au maire de Bordeaux. L’élu a été avisé vendredi soir de l’étonnante découverte par la police municipale d’un trésor d’une valeur de 200.000€, dans la cave d’un immeuble du quartier Saint-Michel à Bordeaux, régulièrement squatté.

Il a déposé les objets à sa banque

«Les policiers se sont rendus sur place dans la matinée pour voir si l’immeuble était encore occupé illégalement. Le propriétaire, un homme de 90 ans, les accompagnait. A cause de l’état de l’immeuble, plein d’immondices, le propriétaire a compris que la police allait ordonner un nettoyage complet. Il a alors pris par le bras une des policières municipales, et lui a confié qu’il avait un trésor dans le sous-sol.» La policière prend l’homme au sérieux, et décide d’alerter sa hiérarchie, et les policiers municipaux retournent sur les lieux dans l’après-midi, accompagnés par la police nationale. Après s’être frayé un chemin dans le désordre qui régnait, ils ont effectivement mis la main sur cinq lingots d’or d’un kilo, ainsi que deux bagues, une chevalière et deux broches en or, plus une pièce en argent de cinquante francs. «Le vieil homme se souvenait des lingots, pas des bijoux. Les policiers lui ont remis le tout, puis l’ont accompagné jusqu’à sa banque pour qu’il dépose les objets. Il était heureux. Cela va lui faire du bien.»

Le propriétaire avait dû quitter son immeuble il y a deux mois pour s’installer en maison de retraite. «Visiblement il avait mal fermé la porte, ce qui avait attiré des squatteurs» explique Fabien Robert. Qui ont dormi sur un trésor sans le savoir.

La police et la mairie ne souhaitent pas divulguer l’identité du propriétaire, ni l’adresse de l’immeuble, par mesure de précaution. Il s’agit d’un ancien ouvrier charcutier, qui avait placé ses économies dans l’achat de ces lingots.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia