Nouveau conseiller technique national brigade cynophiles

CFTC GIF

 

 

Par décision du bureau à l’unanimité DAVID METZ  brigadier chef principal à la police municipale de CASTRES est le nouveau conseiller technique national en charge des brigades cynophiles pour notre organisation syndical bienvenue a un grand nom de cette spécialité une grande fierté pour notre organisation. il sera de toutes les reunions pour l’ediction de la doctrine d’emploi de cette spécialité en appuie avec le président de la CFTC Police municipale membre de la commission consultative

 

Patrick Carré Président CFTC PM

Police municipale de Montpellier

Les policiers municipaux servent-ils a enrichir le CNFPT ?

Après les formations préalable a l’armement a 1700 euros , les formations continues a 1250 euros ,  le ministère de l’intérieur sort des décrets pour les bâtons télescopique et tonfa avec une formation PAYANTE obligatoire , et voici que le nouveau décret pour les bombes lacrymogènes à grande capacité vont obliger les communes à de nouveau payer des formations pour ces armes.  La CFTC POLICE MUNICIPALE s’insurge une nouvelles fois de ses nouvelles  contraintes budgétaires alors que ces formations pourraient trés bien être inclus dans la formation initiale d’application de 6 mois a l’instar de la formation police nationale et gendarmerie .

Pour le bureau CFTC Police municipale

Police municipale de Castres

Deux policiers municipaux désarment un forcené

Publié le 07/10/2014 à 03:47, Mis à jour le 07/10/2014 à 07:35

Faits divers – Castres (81)

Les policiers municipaux castrais ont réussi à gérer une itnervention plus que délicate. / Photo DDM archives
Les policiers municipaux castrais ont réussi à gérer une itnervention plus que délicate. / Photo DDM archives

Police municipale de Castres  dans Information zoom

Deux policiers municipaux ont réussi à maîtriser et désarmer un individu qui voulait mettre fin à ses jours en se tranchant la gorge avec un couteau de boucher dans sa voiture en plein centre-ville.

C’est avec sang froid et efficacité que deux policiers municipaux ont géré une intervention hors du commun et sans doute sauver la vie d’un homme samedi matin en plein centre-ville de Castres. Ils ont réussi à maîtriser et désarmer un jeune homme visiblement en plein délire et désespéré qui voulait mettre fin à ses jours en se tranchant la gorge.

David Metz et Cédric Pélissier étaient en patrouille samedi vers 5h20 du matin lorsqu’ils voient arriver en face d’eux sur l’avenue Charles de Gaulle, au niveau de la place Soult, une voiture qui zigzague. «Le véhicule arrivait en face de nous sur notre voie, on a évité la collision de justesse. On a réussi à s’arrêter à quelques centimètres de son pare-chocs», raconte Cédric Pélissier. Et là les deux agents municipaux n’en croient pas leurs yeux. Dans l’habitable de la voiture face à eux au milieu de l’avenue, il distingue parfaitement le conducteur avec un téléphone portable dans une main et un couteau de boucher dans l’autre placé sous sa gorge. Les agents descendent alors de leur véhicule et tentent de s’approcher du conducteur âgé de 25 ans environ. «On avait déjà eu l’occasion de côtoyer l’individu dans le cadre de notre travail mais il m’a fait signe de ne pas avancer et n’a laissé s’approcher que mon collègue», explique Cédric Pélissier qui recule donc d’un pas pour ne pas envenimer une situation déjà tendue. David Metz arrive donc à la hauteur du véhicule et tente d’entame la discussion. Il réussit à parlementer avec le jeune homme qui visiblement a «pété les plombs».

«À chaque fois qu’on a essayé de le faire sortir, il se mettait des petits coups de couteau sur les bras et au niveau du ventre», explique le policier municipal. La scène dure plusieurs minutes. David Metz essaye de calmer le jeune homme et arrive à lui faire déverrouiller la portière arrière gauche du véhicule et à l’ouvrir pour «mieux» discuter avec lui. Mais l’individu semble à nouveau délirer et menace encore de se tuer. «On a vu le jeune homme qui allait commettre l’irréparable en remettant le couteau sur sa gorge», continue Cédric Pélissier qui pendant ce temps avait appelé les policiers du commissariat situé à deux pas et les pompiers en leur précisant d’arriver discrètement pour ne pas susciter de réactions hostiles du forcené. «Mon collègue a alors profité d’un petit moment d’inattention de l’individu pour s’engouffrer dans la voiture par l’arrière, se jeter sur l’individu et le désarmer», explique Cédric Pélissier. L’homme va être finalement maîtrisé et transporter à l’hôpital par les pompiers où il sera notamment vu par un psychologue. Les policiers vont trouver un deuxième couteau à l’intérieur de la voiture. L’homme semblait bien décidé à commettre un geste fatal. Les deux policiers municipaux ont donc évité un drame.


Ces policiers au sang froid

À Castres, ce n’est pas rare que les forces de l’ordre sauvent la vie de personnes souhaitant mettre fin à leurs jours. C’est arrivé au moins trois fois ces derniers mois.

En juin 2013, un policier du commissariat et un pompier n’avaient pas hésité à plonger dans l’Agout en pleine nuit pour sauver une femme qui venait de sauter d’un pont.

Une nuit de novembre 2013, trois policiers de la brigade anticriminalité du commissariat de Castres ont réussi à empêcher une jeune femme désespérée de se défenestrer en faisant preuve de beaucoup de sang-froid et d’efficacité.

En mars dernier, un policier du commissariat a réussi grâce à son talent de négociateur à raisonner un forcené retranché avec une arme dans sa voiture sur le parking de l’hôpital du Pays d’Autan.

 

Nous sommes particulièrement fier que ce soit notre référent national canin accompagné de son collègue qui ont participé à cet acte de courage et dévouement , nous espérons que ce geste sera récompensé comme il se doit par l’attribution par la préfecture de la médaille du courage et dévouement , nous prenons dés à présent contact avec le ministère de l’intérieur et monsieur le Maire de Castres pour que soit fait le nécessaire.

Pour le bureau de la CFTC POLICE MUNICIPALE Patrick CARRE

Police municipale du Cannet

C’est la troisième fois depuis le début de l’été qu’un tel accrochage se déroule dans la cité HLM Saint-Pierre au Cannet-Rocheville. Un groupe de jeunes s’en prend à des policiers municipaux en leur lançant des projectiles.

Jugé, hier en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Grasse présidé par Marc Joando, un jeune homme de 18 ans, présenté comme le meneur de la troupe, a été condamné à 8 mois de prison dont 3 avec sursis.

Le tribunal a ordonné son mandat de dépôt, soulevant la protestation de sa famille et de ses amis présents. La justice, par ce jugement, a voulu mettre « un coup d’arrêt » aux violences récurrentes envers les forces de l’ordre dans ce quartier populaire du Cannet.

Des insultes au jet de pierres

Les faits remontent à mercredi dernier. En fin de journée vers 17 h, alors que deux motards de la police municipale surveillent la circulation au rond-point de Garibondy, ils sont copieusement insultés par une dizaine de jeunes. Les agents ne répondent pas.

À 18 h, en patrouille dans ce quartier populaire, ils recroisent le groupe, qui prend la fuite avant de se retourner et de leur faire face. C’est à ce moment que les jeunes s’emparent de projectiles, des cailloux et des morceaux de bois, et les jettent sur les agents. Sans les blesser.

Des renforts sont réclamés et à 19 h, les policiers interpellent le meneur, qui se rebelle, menace de mort les agents, tandis que ces camarades continuent à lancer des pierres. Un des policiers sera blessé à l’épaule.

Les forces de l’ordre embarquent le meneur et le conduisent au commissariat central de Cannes, où il est placé en garde à vue pour « violences urbaines » avant d’être condamné, hier, à cinq mois de prison ferme. Un second protagoniste, arrêté deux heures plus tard, a été remis en liberté hier.

Police municipale d’Agen

Entendu pour des cambriolages puis relâché, un jeune Agenais a provoqué un accident lors d’une course poursuite en scooter, à sa sortie du commissariat

Agen : à peine relâché, il fait tomber un policier municipal
Le policier municipal souffre de plusieurs plaies. © Photo

archives « Sud Ouest »
Mercredi, trois jeunes gens ont été remis en liberté, après quelques heures passées en garde à vue dans les locaux de l’hôtel de police d’Agen, où ils étaient entendus dans le cadre d’une enquête sur deux cambriolages commis le week-end du 13 septembre, dans le quartier Montanou à Agen, au préjudice de la régie de quartier et des locaux de la police municipale.À peine sortie du commissariat de police, l’un de ces trois jeunes a encore fait parler de lui dans un accident mettant en cause un policier municipal. Cet agent a, en effet, été victime d’une chute, mercredi après-midi, provoquée lors d’une course poursuite avec un scooter. L’engin était conduit par l’individu remis en liberté. Le policier souffre de plaies au niveau du coude droit et de la main gauche.

deux conceptions differentes de l’armement Flash-Ball

Pour la CFTC Police municipale représentée par Mylène Erkol membre du conseil de la CFTC Police municipale

le parisien magazine 19 09 2014 (1)

 

et pour la CFDT représenté par Serge Haure responsable national sur la police municipale et membre de la commission consultative des polices municipales

le parisien magazine 19 09 2014 (2)

CFTC PM et christian estrosi

La CFTC Police Municipale encouragée par le président de la CCPM lors d’un débat sur la sécurité

Lors d’un débat entre maires de Seine-Saint-Denis, à Neuilly-Plaisance le 16 septembre, David Meseray, vice-président de la CFTC Police Municipale et ses collègues CFTC Mylène Erkol et Philippe Gameiro (délégué Ile-de-France police municipale) ont assisté au débat sur les politiques locales de sécurité.

CFTC PM et christian estrosi  dans Information 8ec87b3c-fc37-4cbc-b2e2-d9f062d0b9ed

Ils ont, à cette occasion, rencontré Christian Estrosi, le président de la commission consultative des polices municipales (CCPM) qui a soutenu l’action syndicale de la CFTC dans la défense de la profession.

Il faut dire que les questions de sécurité lors du débat sont revenues perpétuellement sur la situation des policiers municipaux.

« Les élus de Seine-Saint-Denis ont débattu des difficultés rencontrées. C’est le cas par exemple lorsque un agent de police municipale est blessé et que l’État se décharge, notamment sur le sort réservé à l’agresseur… », illustre David Meseray.

Police municipale d’Herouville-Saint-Clair

Hérouville-Saint-Clair Les policiers municipaux hérouvillais sont désormais armés

C’est une mesure qui aura été prise dans la plus grande discrétion. Depuis le mois de juin, l’armement des policiers municipaux d’Hérouville St-Clair est en cours de déploiement.

Dernière mise à jour : 11/09/2014 à 10:45

 

Depuis le mois de juin, l'armement des policiers municipaux est en cours à Hérouville Saint-Clair.
Depuis le mois de juin, l’armement des policiers municipaux est en cours à Hérouville Saint-Clair.

” C’était une demande de notre police municipale, nous avons décidé d’y accéder. “ Pour le maire d’Hérouville Saint-Clair Rodolphe Thomas, le déploiement de l’armement de ses policiers municipaux n’est pas un sujet de débat : ” c’est un peu comme la vidéosurveillance, au départ j’étais plutôt contre, après j’ai changé d’avis. Il faut être réaliste et savoir s’adapter. Quand j’ai reçu cette demande émanant de la police municipale, j’ai étudié comment les choses pouvaient se faire. J’ai pris des renseignements auprès des municipalités de Ouistreham et de Caen qui ont déjà travaillé sur l’armement des policiers municipaux, puis je me suis tourné vers la Préfecture, qui a délivré l’autorisation. “

Un revolver 38 spécial à la ceinture

Sur les 12 policiers de terrain que compte la police municipale d’Hérouville, 4 agents ont donc débuté en juin une formation de plusieurs semaines, destinée à encadrer le port d’une arme de service. Au terme de ces heures d’accompagnement, ils ont repris leur service avec un revolver 38 spécial, en plus de leur équipement habituel composé d’un Tonfa ( matraque télescopique ) et d’une bombe lacrymogène. L’accréditation de la Préfecture a également été obtenue pour les fonctionnaires concernés. En novembre, leurs collègues prendront également le chemin de la formation. La mise en place se fait en deux temps ” afin de ne pas désorganiser le service, les policiers devant s’absenter un long moment pour la formation. “ Cet hiver, l’ensemble de l’effectif de police municipale d’Hérouville Saint-Clair sera donc équipé.
Au sein de la majorité, l’annonce de cette décision a semble-t-il partagé les élus. Pour autant pour le maire ” il n’y avait pas lieu de faire un débat en conseil municipal, ce n’est pas une décision que j’ai prise seul, il s’agissait juste d’accéder à une demande. ” Rodolphe Thomas analyse d’ailleurs : ” Je l’ai toujours dit, je privilégie la prévention, au détriment de la répression. Or l’armement des policiers municipaux est un vrai outil dissuasif, et pas autre chose. “

Hérouville-Saint-Clair, 14

Election à la CNRACL deux policiers municipaux choisis par la FNACT-CFTC

fichier pdf CNRACL 2014 – affiche CFTC

fichier pdf CNRACL 2014 – profession de foi CFTC

Chers collègues comme nos retraites sont également une préoccupation importantes de la CFTC Police municipale la Fédération nationale des agents des collectivités a décidé de proposer deux postes sur les listes CNRACL

seront donc candidats

David Meseray Vice Président de la CFTC Police municipale

Patrick Carré Président de la CFTC Police municipale

Nous demandons dés à présent aux collègues adhérents ou sympathisants d’afficher ces professions de foi et affiches au sein des postes de police municipale

 

12345...111

sictameunsahutchinson |
fomacif |
uslive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtvilledemartiguescapm
| 100pour100chat
| starzia